Panneau C : Le Quai des Tanneries
Retournons-nous. Nous venons d'emprunter la rue des Minimes. Emily CARR nous propose une version "Fauve" de la façade de l'ancien couvent des Bénédictines, transformé, suite à la Révolution, en fabrique de lacets … et, aujourd'hui, en demeure particulière.
Encore des tanneries, ... avec l'exploitation du bois, ces activités étaient prédominantes jusqu'au début du siècle dernier.
De nombreux peintres ont été séduits, et le sont encore aujourd'hui, par cette composition urbaine : bâti historique des tours, celui plus modeste des lavoirs, et tanneries qui se reflètent dans l'eau du "brasset".


Nous vous proposons des rendus différents où, l'eau reste toujours très présente.
À l'extrémité du pont existant, en amont, était l'ancien hôtel de ville et son beffroi, ce dernier a été reconstruit "porte de Meaux".

Nous le découvrons également grâce à un croquis d'Antonie Béstiade d'AVARAY, comtesse de MOUSTIER (1825-1897), parente du châtelain de La-Chapelle-sur-Crécy.
De l'endroit où nous sommes, nous pouvons voir 3 des tours protégeant le bourg :
En amont, à notre gauche, la tour "aux Saints" qui abrite aujourd'hui le club d'archéologie sub-aquatique et ses découvertes.
Devant nous, une autre tour dont la tête a été arasée.
En aval, sur notre droite, la tour "Chatelain", du nom de son ancien propriétaire, peintre amateur, ami de Corot, cette tour abritait son atelier.